Guérir avant d’être malade: parlons prévention

Pour introduire le thème de ce live, je vous ai partagé un extrait de livre, une métaphore dont vous pourrez retrouver les détails dans cet article.

Retranscription:

Dans ma pratique (et pas que dans la mienne d’ailleurs), la maladie est le résultat, la conséquence d’un conflit.

Un conflit entre quoi et quoi ? Pour chaque maladie, on peut être plus précis, plus spécifique. Pour généraliser, reprenons l’image de la calèche qui représente l’ être humain donc chacun de nous.

Le conflit à l’origine de la maladie peut donc concerner

  • La relation cocher-passager: quand on fait des choix qui nous éloignent de notre désir de vie que je mets souvent en avant.
  • La relation calèche-environnement aussi: les chocs de la vie.

Bref, quelque soit l’évènement déclencheur, le choc qui déclenche la maladie, il y a toujours un laps de temps entre celui-ci et le diagnostic ou les premiers symptômes.

Est-ce qu’on peut agir pendant ce temps là pour éviter, prévenir la maladie? Comment le faire concrètement?

J’ai déjà abordé le sujet de la prévention des maladies pour nos enfants dans une vidéo d’entretien avec Christian Flèche. Pour celles qui ne connaissent pas cet homme, il est le fondateur du décodage biologique des maladies. C’est une référence en la matière et un auteur de talent. L’extrait que je vous ai lu en intro est de lui d’ailleurs.

Dans cette vidéo, le mot clef, c’est le mot émotion.

C’est par notre gestion des émotions qu’on pourrait agir en prévention des maladies.

Donc il y a

  • un évènement choc,
  • un temps plus ou moins long,
  • des symptômes,
  • le diagnostic de la maladie.

Ce qui nous intéresse, c’est ce temps plus ou moins long. On y retrouve une multitude de “petits” signes. Des mauvais rêves, des douleurs légères, des insomnies, des troubles digestifs, des sensations désagréables… Le médecin n’y voit rien encore. Pourtant le corps murmure.

Pour entendre, prenons le temps de nous observer, de nous écouter. Pour saisir les subtiles différences, dans nos sensations, dans nos émotions, il faut bien se connaitre.

Prenez-vous le temps de bien vous connaitre? De bien comprendre comment votre corps (pas le corps en général mais bien le vôtre avec ses caractéristiques spécifiques) fonctionne?

Quand je dis cela, j’entends des petites voix qui disent: “c’est bien narcissique tout ça”…

Ce n’est pas valorisé actuellement de prendre le temps pour s’observer: comme si cela ne pouvait pouvoir se faire qu’au détriment des autres alors la culpabilité pointe le bout de son nez encore (à ce sujet je vous invite à visionner le précédent live pour comprendre comment la culpabilité vous empoisonne). On se concentre sur les autres : notre conjoint, nos enfants, notre boulot.

Et quand le corps chuchote, on ne l’entend pas.
On va s’y intéresser quand les symptômes vont nous gêner.

On ne sera plus dans le préventif mais dans le curatif. Pourtant quand on entend notre ventre gargouiller, on sait qu’on a faim et on va manger. Ce n’est pas être narcissique juste être présent à soi, être vivant en fait ! Si on n’écoute pas, si on ne va pas manger par exemple, on va s’affaiblir. La sensation va augmenter jusqu’à ce qu’on se sente bien mal non ?

J’ai dans la tête l’ exemple d’une cliente très vigilante quand à son alimentation, son sommeil, son activité physique. Tout était bien calé dans son emploi du temps et elle était en mode bonne élève, très consciencieuse. Elle n’a rien vu venir. C’est lors d’un contrôle de routine que le diagnostic lui est tombé dessus. Elle n’a pas compris. En parallèle de sa prise en charge conventionnelle, elle m’a contacté. Pour comprendre. Et nous avons enquêté, remonté le fil, relevé les petits signes, les couacs jusqu’aux évènements, ceux simplement écho d’abord puis le choc d’origine.

On croit souvent que l’évènement choc doit être dramatique, qu’il doit y avoir consensus sur le constat : c’est horrible. On se trompe.

Tout est question de perception.

Un événement anodin pour l’un peut se révéler terrible pour l’autre. J’en ai entendu des femmes qui disaient “il n’y a pas de raison : je n’ai rien vécu de dramatique dans ma vie”!

Soyez bienveillante et tendre avec vous-même, avec votre perception d’enfant souvent.

Acceptez qu’il n’y ait pas de hiérarchie des faits : tout est question de perception. Parenthèse : c’est pareil pour nos enfants, de l’interêt de reconnaitre leurs émotions sans les juger.

Parce que c’est bien de ça qu’il s’agit : prévenir la maladie c’est d’abord prendre soin de ses émotions. Les accepter, les libérer, les entendre… Ce sont elles qui se manifestent dans ces alertes qui ne sont pas encore des symptômes. Ce sont elles qui nous empêchent de dormir parfois, qui nous réveillent au milieu de la nuit en sueur, qui provoquent diarrhées ou constipation , plaques d’eczema ou boutons disgracieux, démangeaisons, perte d’appétit…

Ces moments où on se dit “ça va passer”. Mais comme le dit Christian Flèche, “ce sont des fissures et l’objectif c’est d’attirer notre attention.”

Pour celles qui constatent ces fissures dans leur vie, dans leur corps, dans leur relations, il est possible de guérir avant d’être malade ! Contactez moi pour une séance de découverte et je vous explique tout !

Cliquez sur le bouton modifier pour changer ce texte. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.
J’aide les personnes qui vivent leur corps comme un obstacle dans leur vie à mieux comprendre leurs forces et leurs faiblesses pour en tirer le meilleur et repenser leurs choix de vie.

Grâce à un cheminement en 5 étapes,

  • Vous identifiez des solutions qui vous correspondent puisqu’elles viennent de vous et non plus de l’extérieur.
  • Vous allez avoir des résultats puisque ce sont les vôtres.
  • Vous accédez à vos réponses personnelles, individuelles ; qu’il s’agisse d’améliorer vos relations, d’exercer un travail qui a du sens, d’être plus à l’aise avec l’argent comme avec votre corps ou votre sexualité.
  • Vous comprenez que votre rêve peut devenir réalité,
  • Vous établissez un plan d’action pour atteindre vos buts et le (les) réaliser.
  • Vous avez en mains VOTRE FEUILLE DE ROUTE INTERNE, LE MODE D’EMPLOI DE VOUS-MÊME.

Je vous offre une séance découverte de 20 minutes via skype pour vous aider à y voir plus claire: vous aurez une idée plus précise du contenu du message de votre corps et prendrez conscience de l’écart entre votre situation actuelle et vos désirs.

Envie de partager sur le groupe?

Rejoignez-nous sur le groupe Facebook des étUNcelantes, cercle de femmes pour célébrer féminité et sexualité!

Associé aux autres Trucs et astuces de santé que je vous ai déjà proposé, vous voilà armée pour vous réconcilier avec vous même!

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Fermer le menu