Mes règles me posent problème! Les messages de mon cycle menstruel.

Vous allez me dire :” le cycle menstruel… encore !”

Oui j’y reviens encore et encore parce que c’est grâce à lui que les femmes, qu’un grand nombre de mes clientes se mettent enfin à l’écoute de leur corps. Parce qu’elles n’ont pas le choix : tous les mois, elles luttent avec leurs migraines, leur anémie, leurs douleurs… si c’était qu’une fois, on pourrait faire semblant qu’on a rien vu mais tous les 25 jours… au bout d’un moment, ça ne passe plus.

C’est drôle d’ailleurs, quand elles remplissent mon questionnaire de demande de séance de découverte, à la question sur leur corps, elles répondent “rien à signaler” et ensuite “maintenant que j’y pense, c’est vrai que finalement, c’est pas toujours la lune de miel avec mon corps“.

On est tellement habitué au discours dominant qui dit que les règles c’est pénible et douloureux, qu’on imagine même pas que ça peut être différent.

Dans un précédent live, on a échangé ensemble sur le thème “vos symptômes menstruels sont-ils normaux ?” je ne vais pas revenir sur le sujet aujourd’hui, sachez juste que vous pouvez vous y référer si vous avez un doute sur ce que vous traversez vous.

L’idée ici est bien sur de ne pas se substituer au médecin. Si vos symptômes vous handicapent, il est absolument nécessaire de consulter. On parle de plus en plus de l’endométriose, cette maladie si mal diagnostiquée aux conséquences dramatiques. Ne restez pas avec vos douleurs. Elles vous alertent que quelque chose ne va pas certes mais, même si, parmi les hypothèses posées, il y en a une qui fait tilt, l’avoir en conscience ne suffit pas à la faire taire.

Ayez une approche pluridisciplinaire de votre santé : tête corps cœur, passager cocher calèche.

Commençons par un premier “lampadaire” -sur votre route, l’hypothèse “généraliste” posée sur les troubles de la menstruation. On ira plus dans le détail ensuite.

1ère hypothèse donc : notre difficulté à trouver l’équilibre entre le féminin et le masculin en nous, à l’intérieur et à l’extérieur (posture).

Dans quelle mesure votre balance de valeurs, de comportements est à égalité ? Pas facile de répondre à cette question. Quand j’aborde le sujet avec mes clients, je suis parfois surprise de ce qui sont pour celles des valeurs féminines.

Cette hypothèse est valable pour tout les symptômes liés au cycle sur la totalité du cycle c’est-à- dire, pour rappel, sur les 4 phases du cycle : ovulation, syndrôme pré- menstruel… pas uniquement pour La phase menstruelle, la semaine où vous perdez du sang. Sur le rythme du cycle et ses phases, je vous renvoie vers mes anciennes vidéos.

Parlons de la phase menstruelle maintenant. On est d’accord que biologiquement, les règles nous informent de notre fécondité. Fécondité… il y a une idée de production là- dessous. Quand les règles nous posent problèmes, on est à la fois sur La question de notre rapport à la productivité, notre capacité effective à produire. Au sens propre si je puis dire. Et en même temps, reprenons la même phrase hors contexte: “Quand les règles nous posent problèmes”… vous entendez quoi ? votre rapport aux contraintes, entre votre sens du devoir et l’autonomie-la liberté que vous désirez.

Pour résumer, on a déjà 3 hypothèses pour éclairer les troubles de notre cycle menstruel sans être entré dans le détail.
  1. difficulté à trouver l’équilibre féminin- masculin.
  2. difficulté quand à notre capacité à produire.
  3. difficulté avec les contraintes, entre ce que je dois faire et ce que je veux faire.

Est-ce que l’une de ces 3 hypothèses vous parlent plus qu’une autre ?

Dit autrement, à chaque fois, on est bien sur une histoire de conflit, de ressenti biologique conflictuel:

  • conflit avec l’autorité, la règle;
  • conflit avec l’image de la mère, celle que j’ai eu (et à laquelle je ne veux pas ressembler par exemple ou à laquelle je veux inconsciemment m’opposer) et celle que je pourrais être;
  • conflit lié à l’identité de femme (exemple de femme désirée garçon ou de femme pour laquelle être une femme dans sa lignée, c’est plutôt dramatique_mémoire de viol…)

Comme vous le voyez clairement ici, quelque soit la teneur du message du corps, on est bien sur une nécessité de réconciliation du passager et du cocher, ce dernier étant, je vous le rappelle, chargé de nos croyances limitants, de nos expériences, de nos mémoires.

J’ai en tête des témoignages de clientes avec lesquelles nous avons travaillé à rétablir la communication entre passager et cocher avec pour conséquences directes la diminution des troubles. Entre celle qui n’a même pas sentie le sang couler alors qu’elle était habitué à être cloué au lit ou une autre qui peut enfin vivre ses règles sans médicaments, je remarque que, même sans aller spécifiquement analyser le contenu du message, le simple fait de s’écouter, de vivre au rythme de son cycle change beaucoup de choses.

Pour rentrer dans le détail maintenant, on pourrait pousser la réflexion, poser des lampadaires pour éclairer nos maux MAUX pour chaque trouble mais il y aurait matière à faire une conférence sur le sujet, d’y passer bien plus de temps qu’un simple live.. il y aurait à dire sur l’absence de règles (aménorrhée), les règles irrégulières, les règles trop abondantes, les règles insuffisantes, l’endométriose, l’acné, les mycoses ect… Il y aurait tant de références à citer… je ne vous ai même pas parlé ici de l’impact de notre lignée de femmes !

Je vous en dis plus et réponds à vos questions dans la vidéo ci-dessus.

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Fermer le menu