Je veux un bébé! Les troubles de la fertilité

A la base de mon travail d’accompagnement, il y a cette vision de l’être humain comme une calèche sur le chemin de la vie, décrite parfaitement par Michel Odoul.

Pour comprendre le message envoyé par la calèche au cocher, au passager pour savoir par où commencer pour:
– réorienter la calèche,
– rétablir la communication,
– choisir le chemin le plus confortable possible,

de nombreux praticiens ont posé des hypothèses de sens.

Ils sont médecins, chercheurs, infirmiers, praticiens en Médecine Traditionnelle Chinoise. Ils s’appuient sur la biologie, les savoirs ancestraux, leurs expériences.

Chacune de leurs hypothèses peut être réfutée. L’interêt de leur existence, c’est pour moi

comme des lampadaires qui éclairent la croisée des chemins, les carrefours.

Ça n’est parce que c’est éclairé que c’est la bonne route pour vous ceci dit… pour le savoir, il faut lâcher la tête, lâcher le mental, s’installer dans son corps, dans ses sensations.

Dans ce live, j’aborde 4 hypothèses de sens pour éclairer les troubles de la fertilité.

Note du 04/09/19–  une 5ème hypothèse est celle du corps en deuil, après une fausse-couche, un IVG ou une perte dramatique. Je développe cette hypothèse en vidéo ici: Fausse-couche, IVG… le corps en deuil

C’est effectivement un sujet qui revient régulièrement dans les histoires de mes clientes.

Elles sont rappelées à leur corps au moment où elles en ont le plus besoin : elles veulent être mère. Et ça ne marche pas.

Qui n’a pas connu cette période de tristesse et d’angoisse avant sa première grossesse ? Qui n’a pas, dans son entourage, une femme concernée par cette situation ?

Qu’il y ait une origine biologique avérée à leur stérilité ou non, les hypothèses sont les mêmes.

  • La première, c’est l’impossibilité de devenir adulte. Je m’explique. Tant que vous n’avez pas d’enfant, c’est vous l’enfant. Enfanter, c’est passer directement à un autre statut. Celui d’adulte.

Etes-vous autorisé à grandir ? La fonction d’adulte, est-ce que c’est accessible, possible pour vous ? C’est l’exemple de la jeune femme toujours très maternée par ses parents. Elle étouffe mais ne dit rien. Par fidélité familial, par respect pour ses parents. Sauf que c’est elle qu’elle ne respecte pas. Elle reste bloquée au stade d’enfant.

  • La deuxième hypothèse regroupe toutes les peurs : celle de la mort notamment, pendant la grossesse ou à l’accouchement. Peur de la mort une fois devenu parent.

C’est l’exemple de la femme qui a perdu un de ses parents jeune. C’est l’exemple aussi de celle dont la lignée de femme meurt en couche…

  • La troisième hypothèse, c’est le refus de transmettre. Inconscient. Refus de transmettre le bazar familial, la mémoire des horreurs vécues par la famille (guerre, exil, viol…). En conscience, on pense avoir dépassé, digéré l’histoire mais le corps a bonne mémoire. Tant que le nettoyage n’est pas fait, il n’est pas prêt.
  • La dernière hypothèse, c’est le manque de confiance dans la vie et dans nos capacités à l’engendrer. Que signifie votre besoin de descendance ? Envie de laisser une trace ou peur de ne pas le pouvoir ? C’est l’exemple de la femme d’action, de la working girl. Elle a un grand besoin de maîtrise, elle contrôle tout. Elle déteste la faiblesse, se doit d’être forte. Que cache ce comportement, ce masque ?

Laquelle de ses hypothèses vous parait la plus probable pour vous aujourd’hui ou pour vous hier ?

En ce qui me concerne, le lampadaire pour moi, celui qui m’a indiqué le chemin, c’est celui de la 4ème hypothèse. Il a fallu que je lâche-prise, que j’accepte, que je fasse confiance.

Si vous connaissez des femmes en souffrance, n’hésitez pas à leur partager ces hypothèses. Il y en a peut-être une qui leur fera tilt et elles pourront ainsi travailler dans le bon sens pour elle-même. Elles pourront reprendre la main, ne plus subir et choisir d’agir pour réaliser leur rêve.

A leurs côtés, à vos côtés, il y a des femmes susceptibles de vous aider, de vous accompagner. Prenons soin les unes des autres, profitons des savoirs et expériences de chacune pour nous aider à avancer.

J’accompagne les femmes en conflit avec leur corps à se ré- concilier avec elles-mêmes. je suis moi-même accompagnée par une femme, elle-même accompagnée par une autre. J’accompagne des femmes qui accompagnent d’autres femmes aussi. Nous sommes toutes une chaine. C’est ça le féminin sacré.

N’hésitez pas à vous faire accompagner… pour mieux accompagner les Vôtres!

Note du 04/09/19–  une 5ème hypothèse est celle du corps en deuil, après une fausse-couche, un IVG ou une perte dramatique. Je développe cette hypothèse en vidéo ici: Fausse-couche, IVG… le corps en deuil

J’aide les personnes qui vivent leur corps comme un obstacle dans leur vie à mieux comprendre leurs forces et leurs faiblesses pour en tirer le meilleur et repenser leurs choix de vie.
Grâce à un cheminement en 5 étapes,
  • Vous identifiez des solutions qui vous correspondent puisqu’elles viennent de vous et non plus de l’extérieur.
  • Vous allez avoir des résultats puisque ce sont les vôtres.
  • Vous accédez à vos réponses personnelles, individuelles ; qu’il s’agisse d’améliorer vos relations, d’exercer un travail qui a du sens, d’être plus à l’aise avec l’argent comme avec votre corps ou votre sexualité.
  • Vous comprenez que votre rêve peut devenir réalité,
  • Vous établissez un plan d’action pour atteindre vos buts et le (les) réaliser.
  • Vous avez en mains VOTRE FEUILLE DE ROUTE INTERNE, LE MODE D’EMPLOI DE VOUS-MÊME.
Je vous offre une séance découverte de 20 minutes via skype pour vous aider à y voir plus claire: vous aurez une idée plus précise du contenu du message de votre corps et prendrez conscience de l’écart entre votre situation actuelle et vos désirs. Associé aux autres Trucs et astuces de santé que je vous ai déjà proposé, vous voilà armée pour vous réconcilier avec vous même et devenir votre propre thérapeute! Retrouvez sur ce blog:
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest